, ,

Le téléphone sonne au commissariat. Au bout du fil, un type bégaie !

Le téléphone sonne au commissariat. Au bout du fil, un type bégaie :


-Allô ? La popo… la police ? Il y a un che… un cheval mort en tratra… en travers de la ch…chaussée !


-Où ça ? demande le policier.
-Rue Ga… rue Ga…
-Rue Garibaldi ?

-Non ! Rue Ga… rue Ga…
-Écoutez, mon vieux, détendez-vous et rappelez-nous. D’accord ?
Dix minutes plus tard, le bègue rappelle.
-Allô ? Le cheche… le cheval est toutou… toujours là !
-Où ?
-Rue Ga… rue Ga…
-Rue Garibaldi ?
-N…non !!! Rue Ga… rue Ga…
-Calmez-vous, vous nous rappellerez ensuite.
Un quart d’heure après, nouvelle sonnerie.
-Allô ? C’est la caca… catastrophe ! Le che… le cheval mort bloblo… bloque la circuculation !
-Mais où ça ?
-Rue Ga… rue Ga…
-Rue Garibaldi ?
-N… non !!! Rue Ga…

Et il raccroche. Trois heures s’écoulent, et voilà que le type rappelle, la voix exsangue.
-C’est pour le che… le cheval mort…
-Alors, où est-il ?
-Rue Ga…
-Rue Garibaldi ?
-Oui !
-Bon sang ! Pourquoi vous ne l’avez pas dit plus tôt ? Qu’est-ce que vous avez fabriqué pendant trois heures ?
-J’ai… ame… amené le cheval rue Garibaldi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Comment satisfaire un homme ?

Le pauvre petit neurone